People

Un opticien qui faisait lui-même ses prescriptions écope d’une peine de 6 mois de prison

Six mois de prison avec sursis, c’est ce dont a écopé cet ancien opticien de la presqu’île de Quiberon. Ce dernier avait mis en place une stratégie qui lui permettait d’augmenter ses revenus. Il était poursuivi par un professionnel qui lui avait racheté son fonds de commerce. C’est après constat de certaines irrégularités dans la manière dont l’ancien opticien gérait son magasin, qu’il a décidé de porter plainte.

Un grand nombre d’ordonnances litigieuses retrouvé

Dans la plainte de la partie civile, il est mentionné un total de 200 ordonnances litigieuses qui ont été retrouvées sur la comptabilité de l’ancien opticien. En plus, ce dernier a été dénoncé par une cliente du magasin auprès de la gendarmerie de Carnac sur la manière dont il gérait le magasin.

La cliente a par ailleurs précisé que le premier contrôle de sa vue a été fait gratuitement par l’ancien opticien. Ce dernier lui avait révélé une baisse de son acuité visuelle. Au lieu de rediriger sa cliente vers un ophtalmologue, il lui avait prescrit une paire de lunettes et cela, disait-il, pour l’épargner de la longue attente avant de disposer d’un rendez vous auprès d’un spécialiste.

  • La cliente se rend compte du stratagème de l’ancien opticien

Après la consultation, la cliente s’est rendue auprès de la caisse primaire d’assurance maladie et sa mutuelle pour se faire rembourser. Elle s’est vite rendue compte qu’il y avait un faux dans l’ordonnance que lui avait remis l’ancien opticien. L’entête de la prescription était d’un médecin de l’hôpital de Vannes.

Le professionnel de l’optique qui lui avait racheté les fonds de commerce s’était lui aussi rendu compte du stratagème de l’ancien opticien. Il s’était également rendu compte que beaucoup de clients qui n’étaient pas passés dans le cabinet d’un ophtalmologue, s’adressaient à lui pour réclamer des lunettes à leur vue.

Une convocation pour expliquer sa façon de faire

C’est par la suite que l’ancien opticien a reçu une convocation pour comparaître à la barre du tribunal de Lorient et s’expliquer sur sa manière de gérer un magasin d’optique. Comme il ne se présenté toujours pas, il a été soumis à une période de garde à vue au cours de laquelle il indexait son repreneur disant qu’il ne faisait que lui bousiller la vie.

La vice-procureure, qui estimait que l’ancien opticien avait abusé sa clientèle par appât du gain, avait requis une peine de six mois de prison avec sursis et une amende de 5000 euros. Il devra aussi verser 300 euros de dommages et intérêt à l’ordre des médecins.