Culture

Les problèmes de traduction du film ”Le bon, la brute et le truand”

Le « bon, la brute et le truand » est un film qui a connu un énorme succès dans les années 60. C’est un film germano, hispano-italien qui a été réalisé par Sergio Leone et qui est sorti en 1966. C’est un film qui a été joué dans un contexte de guerre de sécession américaine et représente un western spaghetti très apprécié à l’époque. Cet article évoque les problèmes liés à la traduction du film.

Une équipe technique multilingue, mais…

Lors du tournage du film « le bon, la brute et le truand », l’équipe technique était parfaitement multilingue. En effet, Leone, le réalisateur du film, parlait anglais, italien et français ne maîtrisait pas trop l’anglais. De plus, la moitié de l’équipe ne parlait que l’espagnol. Wallach, ne parlant pas italien, utilisait le français pour communiquer avec les Italiens. Du coup, durant le tournage du film, les acteurs secondaires parlaient dans leurs langues respectives et l’équipe de postproduction se chargeait du doublage une fois en studio.

Pour les trois protagonistes du film, ils jouèrent leurs rôles en anglais, mais ils ont été doublés en Italien pour la sortie du film à Rome. Pour la sortie du film aux États-Unis, leurs voix furent conservées telles quelles. En regardant le film, vous vous rendez vite compte, comme qu’aucun dialogue n’est parfaitement synchronisé, car le réalisateur ne tournait presque jamais aucune scène en son direct. Ceci s’explique souvent par le fait que Leon préférait entendre le son de Morricone durant le tournage. Ce qui était une technique permettant d’inspirer les acteurs. En effet, Leone considère que le côté visuel d’une scène était beaucoup plus important que les dialogues.

Revirement de situation ou changement d’avis ?

En 1967, alors que le film suscitait un engouement sans précédent dans le monde, toutes les voix du film furent redoublées à New York. Aucune raison officielle n’est évoquée pour l’occasion. Cependant, certains affirment que ce travail fut réalisé afin de résoudre un problème évident et dérangeant de synchronisation du film. Pour l’occasion, la supervision de la synchronisation du doublage fut confiée à Mickey Knox d’une agence de traduction new-yorkaise et son but était de faire penser que le film était entièrement réalisé en Anglais. Un travail titanesque dans la mesure où il fallait effectuer un véritable travail de réadaptation des répliques. Ce qui n’était pas évident, car certains acteurs italiens avaient changé certaines répliques.