Buzz

Un homme perd tous les membres de sa famille dans un incendie

C’est en 2016 qu’un homme répondant au nom d’Ali Zamouri a perdu sa femme et ses trois enfants dans un incendie. Sa femme était âgée de 46 ans, ses trois enfants de 12 à 21 ans, et leur amie de seulement 20 ans. Deux ans après les faits, l’homme ne parvient toujours pas à se remettre de la situation.

L’homme avait une volonté de sauver les membres de sa famille

Ali Zamouri n’est toujours pas revenu de l’incendie qui a dévasté en 2016 son appartement de 26m² à Saint-Denis, qu’il avait loué pour la somme de 750 euros par mois. Sa famille entière a été décimée par les flammes, de même qu’une amie de 20 ans. C’est lors du procès devant les assises qu’il a dit attendre que le responsable soit puni.

Lorsque l’incendie s’est déclaré, il a eu comme premier réflexe de mettre à l’abri sa famille. C’est ainsi qu’il les a enfermés dans la salle de bains tout en les couvrant de serviettes humides. L’homme s’est ensuite dirigé vers la fenêtre pour demander de l’aide, mais devant la progression des flammes, il a chuté du troisième étage.

L’homme a passé un an à l’hôpital et a perdu l’usage de son bras droit

Devant la barre, Ali explique qu’il n’arrivait plus à respirer. Ce qu’il dit regretter le plus, c’est le fait qu’il n’ait pas dit à ses enfants de sauter avec lui au lieu de les enfermer dans la salle de bains. Il précise que l’un d’entre eux aurait peut-être survécu. L’homme qui est âgé de 64 ans a sangloté devant la barre, disant être le coupable de la mort de sa famille.

Après sa chute du troisième étage, l’homme a passé un an à l’hôpital, et a perdu l’usage de son bras droit. Une personne a revendiqué l’incendie qu’il aurait déclenché par mégarde. Il s’agit d’un squatteur âgé de 39 ans.

Un incendie déclenché par mégarde

Même si le squatteur dit avoir déclenché l’incendie par mégarde, la chambre d’assises l’accuse d’avoir volontairement mis le feu à un matelas dans un appartement qu’il squattait au premier étage d’un immeuble vétuste. C’est par la cage d’escalier en bois que le feu s’est propagé.

Au cours du procès, Ali a tenu à préciser qu’il disposait d’un visa en ligne pour la Russie, c’est par la suite qu’il est arrivé en France avec un visa touristique. Il affirme vivre au jour le jour depuis lors. Ali Zamouri a aussi pointé du doigt le squatteur en expliquant que ce dernier connaissait très bien ses enfants, mais ne leur a pas demandé ni aidé à sortir de l’appartement.