Divers

L’avenir de la cigarette électronique

La polémique sur la cigarette électronique et le e-liquide n’en finit pas chez nous, ou plutôt ses investigateurs ne veulent pas finir la discussion. Les adeptes et les détracteurs de la vape se rejettent mutuellement la balle, pendant que la nicotine, elle, tue inexorablement et calmement des millions de gens chaque année.

Un peu de statistique pour commencer

En référence à une étude faite récemment concernant la cigarette électronique et le e-liquide, une pseudobaisse de la consommation de cette denrée a été remarquée dernièrement en France. Ce qui est le plus palpable réellement est que le nombre de boutiques spécialisées dans ce secteur a notablement diminué pendant l’année 2015, passant du cap des 2 500 boutiques à 2 000 à la fin 2015.

A découvrir également : Tentes de stockages : pour quelles occasions ?

De telles situations ne reflètent pas toujours la réalité, car une croissance rapide (pour ne pas dire une prolifération) des boutiques spécialisées s’est amorcée au début 2015. Cette croissance s’explique par la rumeur (info ou intox ?) que la cigarette electronique est moins nocive que la vraie cigarette. À tel point que beaucoup d’entrepreneurs en quête d’un business rentable (sur le dos de qui ?) ont investi dans ce domaine, espérant tirer un profit conséquent.

Mais les produits offerts étant plus élevés que la demande, les bénéfices escomptés n’ont pas été atteints, ce qui a conduit à la fermeture de bon nombre de ces boutiques. Le nombre des adeptes de la vape lui, est resté sensiblement constant, car un bon nombre de ses fans s’approvisionnent directement sur internet.

A lire également : Produits dérivés Star Wars : les must have à collectionner

Une demande constante des e-liquides

Pourquoi le marché de la cigarette électronique commence-t-il à s’essouffler ? Depuis l’apparition de la vape sur le marché en 2012, ses adeptes et les chercheurs qui voyaient un moyen de s’enrichir multiplient les résultats et les déclarations en tout genre. Ils affirment que le e-liquide employé par les vapoteurs contient moins de taux de nicotine que sur une cigarette traditionnelle. Pour cela, ils invoquent toute sorte de calcul et de méthode qui n’ont d’autre but qu’à augmenter le nombre des vapoteurs, ce qui augmentera aussi leur profit. Notons qu’en 2015, la France comptait quelque 3 500 000 vapoteurs.

Le chef de l’état n’a pas agrée une demande d’augmentation du prix de la cigarette traditionnelle, qui aurait pu faire basculer beaucoup des fumeurs en vapoteurs, mais il n’en est pas ainsi.

Si la loi interdit la publicité sur le liquide cigarette electronique et la e-cigarette, nous pouvons dire que l’avenir de ceux-ci serait un peu noir, car les détracteurs feront tout leur possible pour arrêter son expansion au niveau des fumeurs !

Voir aussi : comment préparer son e liquide