Divers

Pourquoi faut-il entreprendre aujourd’hui en France ?

Il existe aujourd’hui en France plusieurs programmes d’aide à la création d’entreprise. Le dispositif a d’ailleurs été élargi depuis 2019 et le contexte économique tend de plus en plus vers une reprise de la croissance. Dès lors, de plus en plus d’entrepreneurs se manifestent et plus de 500.000 projets sont déposés tous les ans et on se demande si c’est vraiment opportun de chercher à entreprendre en ce moment. Voici ce qu’il faut savoir sur l’entrepreneuriat en France.

L’aide à la création d’entreprise

Aujourd’hui, l’État contribue de plus en plus à l’amélioration des conditions entrepreneuriales, notamment à travers des dispositifs fiscaux permettant d’accompagner les entrepreneurs aux débuts de leur activité. Parmi les nombreux dispositifs identifiés, nous avons le crédit impôt compétitivité qui est sans doute le plus sollicité. C’est un dispositif permettant de financer efficacement les projets de développement, d’innovation et surtout de réduire les charges de personnel. Le rendement de l’entreprise se retrouve décuplé.
Cette aide concerne toutes les entreprises soumises à l’impôt sur le revenu, quels que soient leurs statuts juridiques. En tant que dirigeant de l’entreprise, il est surtout possible de bénéficier d’un crédit d’impôt qui est souvent égal aux nombres d’heures qui ont été passées en formation sur www.imed-vie.com.

 

Il existe aussi un autre dispositif très populaire qui permet d’obtenir un crédit d’impôt sur le revenu à hauteur de 25%. Celui-ci est surtout utilisable lorsque le souscripteur-personne physique et surtout domiciliée en France au niveau fiscal.
Notez par ailleurs que, pour une PME, son siège social doit se situer dans un pays membre de l’Union européenne, en Islande ou en Norvège et surtout employer plus de 2 personnes. Elle ne doit être ni cotée en bourse, ni avoir un chiffre d’affaires de plus de 50 millions d’euros.

L’accompagnement des demandeurs d’emplois et entrepreneurs

Avec tous les dispositifs disponibles (ARE, CICE, ACCRE, NACRE, etc.), il est toujours difficile de se retrouver dans tous ces dispositifs. Aujourd’hui, plusieurs demandeurs d’emploi rêvent d’une activité indépendante, mais s’inquiètent de leur période d’inactivité. Dès lors, le législateur a proposé plusieurs dispositifs d’accompagnement pour les demandeurs d’emploi, créateurs ou repreneurs d’entreprise. Le premier d’entre eux, l’allocation d’aide s’adresse principalement aux personnes privées d’emploi de manière involontaire. Cette allocation est versée par Pole Emploi aux travailleurs qui ont eu à travailler pendant 122 jours au cours des 28 derniers mois. Ce qui représente un revenu de substitution permettant de soulager les créateurs ou repreneurs d’entreprise.