Quels sont les objets du quotidien pour faciliter le maintien à domicile ?

Il arrive que la vie quotidienne au domicile, pour des personnes âgées en perte d’autonomie, devienne une source de dangers considérable, et par conséquent la cause de multiples inquiétudes pour la famille et les proches. Les chutes sont particulièrement redoutées, s’asseoir, se coucher et se lever deviennent des étapes difficiles, attraper un objet placé en hauteur se révèle être une véritable épreuve, etc. Pourtant, il est naturel d’éprouver une réticence à l’idée de sacrifier le confort, l’intimité et l’attachement à une résidence personnelle pour se tourner vers une maison de retraite, certes plus sécurisée. Et si l’accomplissement des gestes les plus simples s’avère problématique, le maintien des habitudes de vie des personnes âgées apparaît également comme un véritable enjeu. En réponse à ce dilemme, se sont aujourd’hui développées de nombreuses solutions matérielles d’aménagement du lieu d’habitation et des objets médicaux, visant à faciliter la vie au quotidien tout en réduisant les situations de danger, sans pour autant se substituer entièrement à l’aide des proches ou des professionnels de l’aide à domicile. Découvrons ces objets susceptibles de faciliter le maintien à domicile des personnes âgées.

L’aménagement du lieu d’habitation

Avant toute chose, la première étape consiste à déterminer les besoins particuliers de la personne âgée, éventuellement en fonction de pathologies spécifiques. En effet, l’assistance d’un malade atteint d’Alzheimer ne requiert pas les mêmes attentions que l’aide à une personne atteinte de Parkinson, ou encore des personnes pour qui la mobilité est le principal problème. L’évaluation de l’état de santé, des capacités et handicaps de la personne concernée est par conséquent nécessaire : si besoin, il possible d’avoir recours à un ergothérapeute, professionnel de santé spécialisé dans ce domaine.

Concernant l’aménagement de l’espace de vie, il s’agit, autant que possible, de faciliter les déplacements des individus en évitant tout risque de chute. En complément des solutions de bon sens qui consistent à déplacer les meubles pouvant constituer des obstacles et à écarter les tapis qui peuvent rendre le sol glissant, il peut être bon d’installer des barres d’appui le long des murs. Pour les maisons à étage, il existe des fauteuils électriques élévateurs, à installer dans l’escalier lorsque la montée représente une activité physique trop éprouvante.

Par ailleurs, d’une pièce à l’autre de la maison, il peut être intéressant de penser à rehausser les différents types de sièges et de lits, afin de réduire les efforts à fournir pour passer des positions assise et couchée à debout. Différentes solutions existent : des chaises et fauteuils à assise élevée, des réhausseurs de lits, sans compter les lits médicaux, parfois électriques, comportant plusieurs positions intermédiaires entre l’allongement et la verticalité. En ce qui concerne les WC, il est possible de trouver des réhausseurs à installer sur la cuvette, certains modèles intègrent des accoudoirs. Pour cette pièce en particulier et pour la salle de bain, il est parfois nécessaire d’installer des portes pouvant s’ouvrir de l’extérieur, afin de limiter les risques d’enfermement en cas de chute.

Des objets pour bien vivre au quotidien

Lorsqu’une activité qui semblait élémentaire devient un véritable parcours du combattant, certains objets peuvent apporter un grand secours. En premier lieu, la canne : une grande variété de modèles permet aujourd’hui de répondre à chaque besoin particulier, par exemple certains modèles comportent des sièges pliables, pour les personnes rapidement fatiguées.

Concernant l’usage de la cuisine et la prise des repas, tout dépend là encore des difficultés spécifiques des individus. Pour certains, attraper et tenir les ustensiles de cuisine est problématique, du fait d’un manque de force dans les mains ou les bras. On peut conseiller à ces individus des pinces de préhension, permettant par exemple d’attraper plus facilement des outils rangés en hauteur. Il existe également des modèles de verres et de couverts plus légers et ergonomiques pour faciliter la prise en main, des verres à bec et assiettes à rebords ou encore des sets de table en tissu antidérapant pour éviter que les couverts ne glissent.

Du côté de la salle de bain : la toilette devient souvent, avec l’âge, un moment éprouvant et une confrontation accrue avec les risques de glisser. Certaines installations semblent plus sécurisées que d’autres : la douche plus que la baignoire, et la douche italienne plus particulièrement aux autres modèles de douche, car elle ne nécessite aucun enjambement. Il est préférable d’installer des tapis antidérapants à tous les endroits stratégiques de la pièce d’eau, c’est-à-dire dans la douche ou la baignoire, mais également au sol. On peut trouver également des modèles de chaises à installer dans la douche. Pour les individus très faiblement autonomes, pour qui la toilette nécessite l’aide d’un tiers, penser à l’utilisation de chariots de douche, qui permettent à la personne comme à l’assistant d’économiser leurs efforts.

La téléassistance

En supplément de ces objets spécifiques aux usages de chaque pièce, la téléassistance apparaît comme une bonne solution, à la fois pour la sécurité de la personne âgée et pour rassurer ses proches. Équipé d’un micro-médaillon ou d’une montre, l’individu a la possibilité de communiquer en permanence avec un téléopérateur, chargé d’estimer le degré de gravité de la situation lors du déclenchement d’une alarme. Ce téléopérateur dispose des numéros de téléphone des proches, et peut avoir directement recours aux urgences lorsque la situation le nécessite. Cette technologie apparaît comme une véritable aubaine, tout particulièrement pour des personnes âgées vivant seules, qui acquièrent ainsi la possibilité d’appeler du secours d’une simple pression sur un bouton, en cas de chute ou de malaise.

Ainsi, une perte d’autonomie peut être en partie compensée par une grande variété d’objets ayant pour fonction de faciliter le quotidien d’une personne désireuse de continuer à habiter son domicile personnel. Certaines solutions représentent un coût non négligeable, toutefois il est possible, sous réserve de remplir certaines conditions, de bénéficier d’aides financières. Penser notamment à l’APA, une aide versée par les conseils départementaux pour les personnes en perte d’autonomie âgées de 60 ans et plus.