Divers

Marseille : enquête sur le trafic des cigarettes XXL

Le marché parallèle de la cigarette est en plein essor en France, notamment dans des villes comme Marseille. Rien qu’en 2015, le niveau record et 27.1% a été atteint en France. Dans la ville de Marseille, ce taux aurait atteint 44% et la ville se positionne comme une plaque tournante des contrebandiers de la cigarette. À la clé, il y’a des millions d’euros et surtout l’ombre politico-médiatique de la lutte antistupéfiants. Zoom sur cette plaque tournante au sud de la France.

Une vente à la sauvette

Au niveau du marché des arnavaux, on ne manque pas de croiser des personnes sachets à la main qui vendent des cartouches de cigarettes de contrebande. Ils approvisionnent les fumeurs toujours plus nombreux à ne plus se rendre chez le buraliste et avec surtout la possibilité d’économiser environ 2 euros sur chaque paquet. « On est des clandos et on ne gagne que dalle, donc laissez-nous tranquilles ». C’est souvent ce que l’on entend venant de ces vendeurs à la sauvette. Aujourd’hui, environ 70 à 80% des saisies qui sont réalisées dans la région PACA, le sont dans la ville de Marseille. Celle-ci peut être considérée comme la plaque tournante du trafic de cigarettes. Selon les forces sécurité, l’objectif est de démanteler au plus vite ces réseaux de vente de cigarettes dans les meilleurs délais.

Les douaniers entrent dans la danse

Jusqu’au dernier moment, de grosses quantités de cigarettes ont été débarquées dans la ville de Marseille. Mais aussitôt débarquée, la douane est entrée dans la danse pour saisir tout cela. Le jour de l’intervention, l’objectif était de faire en sorte que rien ne puisse passer entre les mailles du filet. En ce qui concerne les cartouches de clopes, elles sont cachées toujours aussi astucieusement. Du coup, après le contrôle à la frontière, le contrôle douanier permet de dépouiller toutes les voitures chargées de cigarettes de contrebande.

En cause : les Algériens

Ils sont souvent accusés d’être à l’origine du trafic de cigarettes à Marseille. En effet, il est possible de ranger dans une valise une centaine de cartouches et ils profitent d’un contrôle défaillant pour faire passer la « marchandise ». Vendues à un prix assez dérisoire, les cigarettes disparaissent rapidement une fois sur le marché des arnavaux. Quant au trafic à grande échelle, c’est bien plus compliqué, car les services de sécurité veillent au grain en permanence.