Politique

Journée mondiale des toilettes : mission assainissement

À cause du manque de système d’assainissement efficace, plusieurs milliards d’excréments humains polluent l’environnement, dont la nappe phréatique, avec son lot de conséquences sur la santé publique. Pour la journée mondiale des toilettes, l’enjeu est non seulement de sensibiliser sur la question, mais aussi de parvenir à trouver de véritables solutions face à cette situation. Voici ce qu’il faut savoir de cette journée.

L’ONU lance son opération

Le non-traitement des excréments humains est un phénomène dangereux qui peut entraîner de nombreuses maladies mortelles. À l’occasion de la journée mondiale des toilettes, célébrée le 19 novembre, l’ONU lance sa campagne dédiée. En évitant la propagation des excréments humains, les toilettes permettent de sauver des vies. Dès lors, la journée mondiale des toilettes vise à vulgariser cette pratique dans le monde. On estime qu’il y a plus d’un milliard de personnes dans le monde qui continuent de vivre dans des maisons sans toilettes.

L’Organisation des Nations unies appelle alors que les objectifs de développement durable, qui ont été fixés à 2030, prennent largement en compte la question des toilettes. Ils prennent aussi en compte la question de la réduction de la proportion d’eaux usées et non traitées tout en augmentant au niveau mondial le nombre de latrines construites.

L’assainissement en 4 étapes

L’ONU-Eau a récemment lancé la campagne « où va votre caca ? ». En effet, les eaux usées non traitées finissent par contaminer les mers et les rivières avec les conséquences que cela peut avoir. En ce sens, l’organisme rappelle que les excréments doivent obligatoirement suivre ces 4 étapes :

· L’enfermement : qui veut dire que les excréments doivent être déposés dans des toilettes hygiéniques. Ils peuvent aussi être stockés dans une fosse ou encore une cuve hermétique avec laquelle les humains n’auront aucun contact.

· Le transport : les canalisations et les dispositifs d’évacuation doivent transporter les excréments en vue de leur traitement.

· Le traitement : ils sont ensuite traités dans des centres adaptés, tels qu’EHG Hydro pour qu’ils deviennent des eaux usées et s’intègrent dans l’environnement.

· Élimination et réutilisation : correctement traités, les excréments doivent pouvoir servir à générer de l’énergie ou amender la terre.

En France, il existe plusieurs associations dont le but dont « Coalition Eau », « Action contre la Faim » ou encore « Secours islamiques France » qui ont déjà lancé leur campagne d’affichage au niveau des lieux publics de Paris. L’objectif, c’est de sensibiliser le grand public et surtout d’interpeller le gouvernement.