Engrais PK : source de robustesse pour vos cultures

La bonne satisfaction des cultures en P et K pendant leur phase d’installation est cruciale. En effet, la vigueur de démarrage et la qualité d’enracinement dépendent grandement de la quantité de P qu’accumule la culture pendant les premières semaines. ARVALIS et l’INRA ont démontré sur blé tout comme sur maïs l’importance du niveau d’absorption pendant la phase juvénile. Une faible biodisponibilité en P et K (surtout en P) durant les stades « plantules », limite le développement foliaire (surface foliaire réduite), pénalisant à son tour l’accroissement du système racinaire, la capacité à valoriser les reliquats N, les apports d’engrais N, l’eau…. Donc, plus que de combler les futures exportations P et K de la culture au moment de la récolte (donc entretenir la fertilité du sol), le rôle des engrais PK positionnés proche du semis réside bien dans leur capacité à générer des fondations solides, gage aussi de robustesse pour la culture vis-à-vis du climat aujourd’hui de plus en plus déréglé.

engrais cultures

Sur prairies installées : prairies permanentes, naturelles, temporaires de quelques années, le rôle des engrais PK doit se voir un peu différemment puisque nous ne sommes plus en phase d’installation. La satisfaction en PK des graminées et des légumineuses est alors gage d’agressivité vis-à-vis des diverses ou adventices. Une sous-alimentation en PK est rarement visible sur prairies sans analyse de la composition floristique, mais se traduira par le développement plus important d’une flore moins productive et moins qualitative, fragilisant donc l’autonomie fourragère et protéique de l’exploitation.

Le cas des luzernes et prairies multi-espèce riches en légumineuses ne doit pas être oublié. Les légumineuses étant exigeantes en P et K : les apports d’engrais PK se justifie donc l’année du semis (idéalement proche du semis) tout comme les années suivantes, afin de maintenir la capacité de production, l’équilibre graminées / légumineuses, la résistance au manque d’eau. Les engrais de ferme peuvent combler en partie les exportations importantes (10 T de MS = 80 kg de P2O5 et 200 kg de K2O). Les apports d’engrais PK, par exemple juste après la première coupe en « relais » des engrais de ferme, se justifient donc comme étant le complément nécessaire pour la pérennité de ces cultures.

TIMAC agro : des innovations pour une nutrition PK intense de vos cultures

Pour répondre aux attentes d’une agriculture performante et durable, TIMAC AGRO a développé différentes innovations permettant de s’adapter aux différentes contraintes agronomiques liées aux éléments P et K limitant l’effet des engrais classiques : blocage et lessivage en sols acides, rétrogradation en sols basiques et calcaires….

L’expertise R&D et industrielle de TIMAC AGRO permet d’élaborer des technologies aboutissant à des engrais PK particulièrement biodisponible car esquivant les phénomènes de blocage et de rétrogradation.

Enfin, 350 attachés Technico-commerciaux en France conseil aux quotidien les agriculteurs sur ces problématiques dans le cadre d’une agriculture performante, respectueuse de l’environnement.