Actu

Qu’est-ce que le VGP ?

Les appareils et les accessoires de levage dont font usage les travailleurs constituent des équipements à risques. Les travailleurs sont exposés à des dangers qui pourraient conduire à leur mort en raison de la fragilité de ces équipements. Ainsi, le Code du Travail exige des vérifications régulières dénommées Vérifications générales périodiques. Voici tout ce qu’il faut savoir cette loi.

La VGP : qu’est-ce que c’est ?

La VGP (Vérification générale périodique) est une loi promulguée par le Code du Travail pour la sécurité des travailleurs à travers le contrôle régulier de leurs équipements de travail. De fait, l’objectif principal de cette loi est de permettre aux travailleurs de travailler dans des conditions optimales éloignées de tout danger susceptible de nuire à leur vie. La VGP vise donc à préserver la santé et la sécurité des travailleurs.

A lire également : Bracelets pour hommes : comment choisir un bracelet marin ?

Ainsi, il procède à la vérification des équipements pour déterminer ceux qui sont détériorés et ne sont plus donc résistants. Le chef d’établissement procède donc à leur changement pour la sécurité de ses employés. Il faut leur offrir une meilleure condition de travail afin qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. La VGP est donc un contrôle accentué sur l’état des équipements de travail. Il est basé sur un arrêté datant de 2004.

Pourquoi effectuer une VGP ?

Les secteurs agricoles, industriels et de la construction se servent le plus souvent des machines à fort risque. L’utilisation intense de ces machines réduit leur durée de vie. Elles ne sont donc plus en mesure de tenir convenablement comme il le faut au travail. Il convient donc d’effectuer une vérification périodique de l’état de ces machines pour prévenir les dégâts.

Lire également : Les accidents les plus fréquents dans les parcs de loisirs

De fait, lorsque les engins sont utilisés, certaines parties se détériorent progressivement. Ainsi, pour rester à l’abri de tout danger qui pourrait entrainer la mort d’un travailleur, il est nécessaire de s’assurer du bon fonctionnement des machines. Cela va aussi dans le sens de l’optimisation du rendement de travail.

Afin de se conformer à la législation à travers le respect du Code du Travail, les chefs d’entreprises et les travailleurs indépendants sont dans l’obligation de faire une VGP à leurs différents appareils et accessoires afin de protéger leurs salariés. Ces derniers ont le droit d’être mis dans des conditions optimales pour travailler. Cela permet à l’entreprise de booster son économie par le biais du dynamisme de ses ressources humaines.

Le déroulement d’une VGP

Pour effectuer une VGP pour les équipements de travail dans une entreprise ou chez les travailleurs particuliers, il faudra suivre deux étapes. Il s’agit de l’examen de l’état de la machine et essai de son fonctionnement.

Au cours de l’examen de l’état de la machine, l’inspecteur en charge de la vérification générale périodique procède à la réalisation d’un examen visuel de la machine à contrôler. Grâce à cet examen, l’état de conservation de l’appareil est vérifié. Il en va de même pour les supports et les accessoires, de même que tous les équipements associés.

A l’issu de cet examen, des observations directes et exactes seront effectuées sur l’état de chaque appareil. L’objectif est de déterminer de potentielles détériorations comme l’usure, la fissure, la défectuosité de certains accessoires et la corrosion. L’inspecteur arrive à détecter toutes ces détériorations pour évaluer les performances des équipements. Il vérifie leur étanchéité en évaluant leur durée de vie le travail qu’ils sont encore en mesure de faire.

Quant à l’examen de fonctionnement, il consiste à essayer le fonctionnement de la machine pour vérifier s’il est en mesure de tenir au travail. Il ne doit en aucun cas présenter des défaillances pendant son utilisation. C’est pourquoi l’inspecteur fait une vérification approfondie du fonctionnement des divers systèmes des machines. Il n’oublie pas également de vérifier les dispositifs qui l’accompagnent. Il s’agit des freins, les chaînes de charge, les limiteurs de charge et de mouvement ainsi que les dispositifs d’arrêt.

Qui est concerné par la VGP ?

La vérification générale périodique concerne les chefs d’entreprises y compris les travailleurs indépendants. Qu’il s’agisse des chefs qui travaillent dans une entreprise industrielle, ou du BTP, ils sont tous concernés. De même, les loueurs de matériels et ceux qui sont à la charge d’une société de manutention sont tous concernés. C’est une obligation réglementaire.