Economie

Une journée avec les dockers du port de Marseille-Fos

Au port de Marseille, la taille des navires augmente et le nombre de conteneurs transportés aussi. C’est pour cela que les exigences ont changé dans les différents ports de France. Au port de Marseille, par exemple, une journée avec les dockers vous permet de comprendre que le secteur est en pleine mutation. Une fois sur le port de Marseille, c’est sans doute la première impression que l’on a avec des géants des mers qu’il faut charger et décharger dans un ballet incessant de mouvements. Voici à quoi se résume une journée avec les dockers du port de Marseille-Fos.

Une attention particulière sur les quais

Une fois sur les quais, il faut faire preuve de beaucoup de prudence et de diligence pour effectuer le métier de docker de Marseille. Vous trouverez sur les lieux des hommes fiers de leurs métiers et qui portent tous un gilet jaune fluo et qui n’hésitent pas à vous répéter que la chose la plus importante sur le quai est le fait de rester attentif. Avec d’énormes portiques, sans doute parmi les plus gros au monde, les chefs dockers chargent et déchargent les plus gros navires de conteneurs qui accostent sur le port de Marseille. Un portique est un « monstre » de 54m de long dans lequel se situe une cabine qui avance et recule selon les besoins.

Pour un navire grande taille, il ne faudra pas moins de 3000 mouvements pour le charger ou le décharger entièrement. Ce qui est un travail colossal qui peut prendre toute une journée, voire plus. Dans un bruissement métallique indescriptible, les visiteurs vont sans doute découvrir ce qui se fait de plus important au niveau du port. Une scène qui se répète tous les jours et au besoin des arrivées et des départs.

Un enjeu majeur pour le port : la bataille du conteneur

Bien entendu, le port de Marseille est un des plus gros en termes de capacités de conteneurs dans la méditerranée. Aujourd’hui, le grand port maritime de Marseille-Fos traite plus d’un million de conteneurs par an. Ce qui représente une progression non négligeable de plus de 7 % par rapport à 2017. Pour autant, il faut dire que tout n’est pas encore gagné, car la bataille du conteneur bat son plein dans le port. En effet, entre DP World, Terminal Link et MSC et Port Synergy Eurofos, la bataille pour le contrôle du port de Marseille est loin de connaitre son épilogue.