Politique

La NSA aurait espionné les dirigeants français

L’agence de sécurité américaine ou NSA espionnait-elle les dirigeants français depuis longtemps ? Cette possibilité a été enfin confirmée grâce aux documents sortis et révélés par Edward Snowden dans Wikileaks. La raison d’être de cette agence est de préserver la paix mondiale. Ainsi, elle juge primordial d’espionner de près les dirigeants qui contrôlent le maintien de force à travers le monde. La principale arme qu’utilise la NSA est l’écoute téléphonique. Eh oui, bon nombre de dirigeants européens ont été sur écoute depuis des années.

Un espionnage sur le territoire français

La NSA posait un regard sur la France depuis bien des années, depuis le temps de Chirac et Sarkozy. D’ailleurs, il a continué avec Hollande. Les déclarations d’Edward Snowen, notamment les preuves, ont été publiées en France par Mediapart et Libération. Mis à part les trois chefs d’État consécutifs, les conseillers de l’Élysée et certains ministères ont été surveillés sur écoute. C’est un peu surprenant que la NSA ait également décidé d’espionner les ministères de l’Agriculture et des Finances. Ces révélations n’ont rien d’un scoop à priori vu que les échantillons publiés ne sont pas vraiment inquiétants. Certains sont quand même perturbants pour les victimes et Hollande n’a pas oublié de mentionner ce détail lors de sa rencontre avec Obama en février 2014. Toutefois, leur discussion était tenue secrète.

Qui est derrière cet espionnage ?

Les équipements utilisés lors de ces espionnages ne proviennent pas des États-Unis. Les observateurs pensent que ceux-ci peuvent provenir de l’Allemagne. Ce dernier serait-il complice avec cette partie d’espionnage ? Une mention « Foreign satellite » est indiquée sur certaines des notes, confirmons l’implication des Allemands dans cette affaire. En guise d’exemple de ces révélations, on dirait que François Hollande s’entretenait avec l’Allemagne pour organiser une réunion secrète 3 jours après son élection dans le but d’écarter la Grèce de la zone euro.